Je cause turc (et vous aussi)

Vous ne le saviez pas ? Alors prenons … « şömine » par exemple. Evidemment si vous le prononcez saumine, cela ne vous dit rien. Mais avec une connaissance même très basique de la prononciation de l’alphabet turc, vous allez voir.

Toutes les lettres sont sonores : a, b, d, f, g, i, j, k, l, m, n, o, p, s, t, v, y, z en gros comme en français. Le s ne se prononce jamais [z], le g jamais [j], le v prend parfois la valeur du w de « water », y ne se prononce jamais [i].
c se prononce [dj], ç [tch], e comme le [e] de merle, u se prononce [ou],ü comme notre [u], ö comme le [eu] de peur, et ş [ch].
Les lettres restantes h, ğ, et le terrible ı ne servent à rien pour notre propos du jour.

Alors, « şömine » ? ben, cheminée, pardi. Et le cas n’est pas isolé… Imaginons un déplacement…

Pour vous rendre à votre destination, je ne vous conseille pas la kartal 5 vites : si vous êtes assurés d’entrer dans le viraj, il est nettement moins certain d’en sortir. Vous avez donc le choix entre un confortable autocar lüks, mais il a un peu tendance à doubler des kamyon avec de longues römork même s’il manque de visibilité et il ne faudrait pas que vous ayez besoin de téléphoner au 112 pour appeler une ambülans… le mieux c’est donc le tren, lent certes même si vous optez pour l’ekspres, mais qui finit toujours par arriver à la gar. Prenez garde toutefois à ne pas descendre à celle de Çaltı car il n’est pas du tout certain que vous y trouviez un taksi.

Une fois rendue à la gar, vous traverserez en otobüs la périphérie où s’alignent les négoces de seramik, de jeneratör et quelques servis teknik. Plus près du centre vous pouvez vous arrêter dans un magasin de tekstil, pour acquérir les étoffes nécessaires à la confection d’une külot, d’un soutyen et d’une ropdöşambr coordonnés. Très şik ! Pendant que le tailleur s’active derrière la vitrin dans son petit atölye de 10 metrekare, une fois que vous avez déposé vos bagaj à l’otel, vous pouvez aller flâner dans les boutiques d’aksesuar pour vous offrir un joli kolye ou vous pomponner avec au programme epilasyon, manikür, pedikür et makyaj profesyonel, n’oubliez pas pour compléter votre look de passer chez le kuaför.

Vous voilà parée pour aller manger en compagnie d’un avukat ou d’un noter ou pourquoi pas d’un veteriner qui n’aura pas manqué d’effectuer une reservasyon dans un restoran raffiné où l’on vous servira de délicieux ordöv avant que vous ne dégustiez un succulent somon. J’espère pour vous qu’il sera frais sinon, pas de şans,  il vous faudra prendre l’asansör pour atteindre plus rapidement les tuvalet.

Le lendemain, si c’est l’hiver, vous pourrez prendre le telesiyej et faire une belle descente en kayak dans la poudreuse (ben oui, parfois il y a des ratés)…

Certes il reste beaucoup de mots franco-français entre les mots franco-turcs. Mais pour peu que vous ayez deux et quatre dixièmes notions de grammaire, au lieu de vous contenter d’un étriqué « Merhaba » comme prise de contact avec votre interlocuteur, vous pouvez développer un peu. Par exemple « Merhaba ! Filozof tünelde var mı ? » C’est mieux, moins sec, non ?

Télécharger « Je cause turc (et vous aussi) » au format PDF :

Publicités

~ par aliteìa sur 7 septembre 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s