Le vol de Pegase.

Alternative.

Pour se rendre en Turquie depuis Paris,  il y a une multitude de compagnies aériennes ; beaucoup de compagnies régulières donnent satisfaction, de Lufthansa,  souvent la moins onéreuse, à Swiss, à Turkish Airlines, en vol direct, pour une prestation de qualité que l’on connait bien. Et puis il y a au moins une low-cost, Pegasus Airlines, l’oiseau jaune, aussi jaune que son grand frère régulier et national est rouge, qui s’envole d’Orly Sud.

Expérience…

L’affaire commence par un achat en ligne, à prix plus ou moins intéressant selon les dates, avec des options possibles de choix de siège, onéreux, de repas aussi, pré-réservé.

Le jour J mène à Orly Sud, étrange aérogare, aux fauteuils orange, aux décorations des années 70, où on s’attend à chaque coin de comptoir à croiser Mireille Darc ou Jean Rochefort, échappés d’un film de la grande époque, entre les luminaires kitsh et les plantes vertes artificielles.

L’enregistrement est un peu confus, entre des poteaux envahissants, et au milieu de passagers souvent peu habitués à prendre l’avion ; c’est donc lent, mais l’accès aux salles d’embarquement se fait néanmoins assez facilement. Dans la grande salle en étoile attendent les passagers de Royal Air Maroc et d’Air Algérie, mais l’avion était à l’heure, en tous cas ce jour-là.

boeing pegasus

Il est mignon ce Boeing, tout jaune, et les sièges sont épais ; un peu trop d’ailleurs, car ils sont aussi bien tassés, laissant pour les longues jambes un espace insuffisant pour qui n’a pas pris la précaution de demander, et d’obtenir, une place situés aux issues de secours ; les fauteuils y sont plus étroits encore, mais l’espace pour les jambes au moins est-il appréciable. Annonce de sécurité en vidéo, des enfants s’amusent à donner les conseils habituels, et c’est parti pour trois bonnes heures, à destination de l’aéroport de Sabiha Gokçen, sur la rive asiatique… A défaut du père a-t-on donc la fille adoptive en perspective.

aile pegasus

annonce pegasus

Les heureux acquéreurs d’un repas voient donc arriver leur plateau, jaune comme il se doit, avec des couverts en plastique ; le repas est convenable, moins bon néanmoins que celui qu’offre Turkish Airlines. Les autres doivent compter sur un service de boissons et de repas légers. Curieusement la majorité des passagers semble avoir opté pour le régime sec.

Débarquement en bus, flot qui se dirige vers le contrôle des passeports, occasion de gagner quelques minutes en grattant quelques places dans la ligne droite, puis du classique : la tampon, le portique, et le trafic de la fin d’après-midi sur l’E5…

Le vol de Pegase.

Télécharger « Le vol de Pegase » au format PDF :

~ par dolasadolasa sur 26 avril 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s