Les larmes de Médée.

Port de Poti (Géorgie)

Les Argonautes, conduits par Argus, qui connaissait ces parages, arrivèrent enfin à l’extrémité la plus reculée du Pont-Euxin et à l’embouchure du Phase. On plia la voile, on descendit l’antenne, on abattit le mât, et l’on serra le tout dans l’intérieur du vaisseau. Ensuite on entra dans le canal du fleuve, dont les eaux écumantes cédaient en murmurant aux coups redoublés des avirons. On voyait s’élever à gauche le mont Caucase et la ville Aea. A droite était le champ consacré à Mars et la forêt du même dieu, où la Toison, suspendue au haut d’un chêne, était gardée par un dragon qui veillait sans cesse. Jason, prenant alors une coupe d’or remplie de vin pur, versa des libations dans le fleuve, en priant la Terre, les dieux tutélaires du pays de lui être favorables et de le laisser aborder sous d’heureux auspices.

Apollonios de Rhodes, Les Argonautiques, chant 2.

Kutaisi est une ville triste, terriblement triste, sinistre et sinistrée. Vieux centre industriel, florissant sous l’ère soviétique, la deuxième ville de Géorgie fut touchée de plein fouet par la déprise économique à l’heure de l’indépendance, et ne s’est pas encore relevée. Ici, sur les rives du Rioni, le fleuve qui roule noir érodant les berges et menaçant les habitations qui ne sont plus que l’ombre d’elles-mêmes, ouvertes au vent, le taux de chômage dépasse les 60%.

N’importe quelle Médée des temps modernes rêverait d’en partir avec le premier Jason venu.

Kutaisi : le fleuve Rioni / le Phase

Si cela ne se devine pas en parcourant les sombres ruelles de la ville, Kutaisi est au cœur de l’un des mythes grecs les plus connus, celui de Jason et Médée, des Argonautes et de la Toison d’Or.

Aux temps glorieux où on l’appelait parfois Ééa, la cité fut la capitale du riche royaume de Colchide, la résidence du légendaire roi Éétès, père de la magicienne qui n’avait d’yeux que pour le Thessalien, ouvrant le drame, inspirant les tragédiens, d’Euripide à Corneille, d’Ovide à Anouilh.

Mais les histoires de famille, de trahison et d’amours compliquées, contrariées par le destin, se doublent ici d’une véritable épopée, roman d’aventure des rives de la Méditerranée jusqu’aux montagnes de Svanétie. Le texte d’Apollonios de Rhodes est extrêmement riche, jusqu’au clin d’œil au mythe de Prométhée, que Jason et son équipage entendront gémir du haut de son Mont Caucase lorsqu’ils auront atteint l’embouchure du Phase. Le Phase… Antique nom du fleuve par lequel les Grecs arrivent en Colchide et qui n’est autre que l’actuel Rioni.

Surtout, cet érudit qui succéda à Eratosthène à la direction de la bibliothèque d’Alexandrie s’appliqua à donner au mythe une géographie réelle, à grands renforts de descriptions, lui conférant une cohérence que Strabon, trois siècles plus tard, ne manquera pas de relever :

Leurs voisins, les Soanes, ne valent guère mieux qu’eux [les Phthirophages] sous le rapport de la propreté, mais ils leur sont bien supérieurs en puissance ; on peut même dire qu’ils surpassent en force et en bravoure tous les autres peuples de ces contrées. Aussi exercent-ils une sorte de domination sur les tribus circonvoisines du haut des cimes escarpées du Caucase qu’ils occupent en arrière de Dioscurias. (…) Un autre fait qu’on nous donne pour certain, c’est que les torrents de leur pays roulent des paillettes d’or que ces Barbares recueillent à l’aide de vans percés de trous et de toisons à longue laine, circonstance qui aurait suggéré, dit-on, le mythe de la Toison d’or.

Strabon, Géographie, livre XI, 2, 19.

Les Svans y prennent pour leur grade, mais qu’ils se rassurent : Hippocrate, dans son traité Des Airs, des Eaux et des Lieux, n’est guère plus tendre à l’égard des riverains du Phase.

Poti : le Rioni / le Phase

Nulle évocation du mythe dans la cité de la magicienne, nulle allusion au passage du Thessalien, avant son départ pour aller titiller le dragon au fin fond du Caucase.

Pas plus qu’à Poti, d’ailleurs, à l’embouchure du Rioni, plus célèbre pour ses navires de guerre et le conflit de l’été 2008 que pour le passage de l’Argo.

Batumi : la statue de MédéeBatumi a tout pris, la riviera et le mythe. Même si son nom n’apparaît dans aucune version de l’épopée,c’est dans la capitale adjarienne, sur une grande place claire qui tranche avec le bourbier des rues environnantes, que se dresse depuis le 6 juillet 2007 la gigantesque statue de Médée, la toison de vrai or à la main, sur un piédestal qui s’élève si démesurément que je renonce à en évaluer la hauteur. Une construction folle, un coût exorbitant qui fit grincer les dents, pour un symbole  culturel pas vraiment évident, mais très politique : Médée, si haut perchée, le regard se perdant loin vers l’ouest, est « la personne qui rapprocha la Géorgie de l’Europe », selon le président géorgien, M. Saakachvili. Tout un programme.

À défaut d’un temple dédié à Cybèle à l’embouchure du Phase, d’un palais des merveilles à Kutaisi et d’un dragon qui veille sur un trésor dans les montagnes du Caucase, le voyageur du XXI° siècle s’amusera et se régalera des descriptions truculentes des Anciens en parcourant les routes de Colchide.

Tbilisi : fresque des Argonautes

 Télécharger « Les larmes de Médée » au format PDF :

~ par Emmanuelle sur 12 septembre 2011.

2 Réponses to “Les larmes de Médée.”

  1. Bravo!
    Excellent article et tant de renseignements!
    J’habite a Larissa qui est a 58km de la ville de Volos d’ou ARGO est partie avec les Argonautes pour ce long voyage.
    Avec monbonjour cordial de Grece.
    FANNY.

  2. Bonsoir,

    Vous m’avez laissé un message sur le blog que j’avais alimenté au printemps 2009 lors de mon séjour à Kutaisi :
    http://cheyen.uniterre.com/83405/Kutaisi.html

    J’ai fait ma curieuse et suis allée visiter le vôtre. Très intéressant sur un parcous bien plus immense. J’espère que vous vous sentez bien à voyager dans ces contrées.
    Dailleurs, si vous passez un jour par Paris, faites moi signe, car j’aimerai discuter de la Géorgie (peu de gens la connaisse).
    Bonnes péregrinations!

    Bien cordialement,

    Ana

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s