Bella Çav…

La nuit enveloppait le Bosphore et débordait sur l’embarcadère. Il était près de 22 heures sur le quai de Karaköy, la foule attendait sans se presser, clairsemée, presque silencieuse. Un entre-deux, ni retours, ni départs, loin de la somnolence d’une fin de journée de travail, loin de l’agitation de 23 heures qui navigue sur des airs slaves vers les Ekspresi de nuit. Ce n’est pas le dernier vapur, mais si, quand même un peu.

Pointe du Sérail, Istanbul

Quelques notes de guitare fendent la fraîcheur du vent puis s’élancent avec assurance. Une voix de basse couvre le sillage de sa puissance, s’élève de toute sa profonde mélancolie, emplit l’obscurité de sa délicate et triste chaleur. Les bavardages deviennent murmures, s’épuisent, désormais inaudibles. Le Bosphore devient chant sous la lune rousse. Le temps de faire tinter les applaudissements dans la housse, cliquetis ininterrompu de remerciements, rythme cuivré qui accompagne les cordes mélodieuses, une voix de ténor, légère et timide, caresse le pont ; avant que les deux ne se répondent et se rejoignent. À Haydarpaşa, où le Bosphore s’éteint dans leur silence.

Haydarpasa by night, Istanbul

Kadiköy Iskelesi, 22 heures 30, les vapurs soufflent, balayés, nettoyés, pour un lendemain ordinaire. Les hommes d’équipage ont le regard rivé sur l’écran. La lune était sombre au moment de sombrer. Presque rouge.

Le Bosphore à écouter :

extrait 2

Bella Çav

Télécharger « Bella Çav… » au format PDF :

~ par Emmanuelle sur 16 septembre 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s