Gitmek – Benim Marlon ve Brandom

La guerre d’Irak, celle de mars 2003. Dans les cafés et épiceries d’Istanbul, les images passent en boucle, obsédantes comme elles savent l’être dans ces cas-là.

gitmek_film

Dans les coulisses du tout petit théâtre où elle fait le désespoir de son metteur en scène, Ayça mesure à l’aune de la futilité amoureuse  de sa voisine de loge qu’elle est autre, qu’elle est la femme d’un seul amour. Celui-ci est acteur, pas tout jeune ; elle l’a rencontré quelques mois auparavant sur le tournage du film Journées jaunes, de Ravin Asaf ; il lui déclarait son amour en lui offrant une épée en plastique coloré, et elle souriait.

Hama Ali Khan est kurde d’Irak, et vit dans les quartiers populeux de Suleymaniye la grise ; depuis qu’il ne tourne plus en habits de Superman des films d’actions irakiens, il passe ses journées dans les cafés avec ses amis, joue au boucher d’occasion, et se fait filmer sur des cassettes VHS inondant la brune Ayça de mots d’amour suaves et de baisers sucrés.

Lorsqu’elle visionne ces cassettes que des camionneurs acheminent depuis l’Irak, Ayça retrouve son Marlon and Brando, et ne veut plus qu’une chose, le rejoindre ; malgré la distance, malgré l’improbable, malgré la guerre qui pointe. Elle passe des semaines au téléphone à tenter de le joindre, de contourner les obstacles, d’entendre sa voix. Et elle écrit, elle écrit des poèmes qui lui sont adressés, les mots s’entrechoquent dans les odes offertes à son héros, son Marlon and Brando.

Mi fiction, mi documentaire, parsemé d’images d’actualité et jalonnés des cassettes naïves et touchantes de Hama Ali, le film va devenir alors un road-movie, le chemin de l’Est va être le chemin d’une romance. Ayça, cheveux en bataille, visage poupon, silhouette lourde, prend la route de l’Irak, en bus. A Diyarbakir un taxi accepte de lui faire poursuivre vers Silopi.

route est turquie

La frontière n’est déjà plus ouverte, à Habur ; ou plutôt elle n’est ouverte que dans le sens de la sortie d’Irak ; assise sur un banc, quand une vieille femme kurde s’enquerra des finalités de son voyage, elle comprendra qu’il faut prendre un autre chemin vers Suleymaniye.

L’autre chemin, c’est la route de Van, à travers les montagnes encore enneigées du printemps, dans un dolmuş blanc qui attendra Ayça quand elle se laissera entraîner dans la ronde dansante d’un mariage kurde qui barrait la route, entre les barrages de la Jandarma qui interdisent la circulation nocturne dans ces régions sous tension. L’autre chemin c’est la voie du contournement, l’accès à Suleymamiye par l’Iran, par Urumiye. Foulard sur les cheveux, douanier méfiant, Paykan et danger d’être une femme étrangère dans cette ville de l’Azerbaïdjan iranien.

L’histoire s’arrête là, au pied d’un poteau électrique, et chez un vieil épicier bienveillant qui offre le thé, taciturne. A quelques minutes de là, Benim Marlon ve Brandom est fauché par une balle, sur la crête qui fait frontière.

Gitmek est le touchant récit d’un chemin, mêle la fiction à la réalité, le théâtre et le documentaire, l’humour et le tragique. Il est au fond, sans afficher de prétentions, une excellente surprise à l’écran.

Ce film est dédié à tous ceux, qui comme moi, n’apprécient pas plus que cela Ibrahim Tatlises.

Gitmek, my Marlon and Brando, un film d’Hüseyin Karabey 2008, avec Ayça Damgacı et Hama Ali Khan

Télécharger« Gitmek, Benim Marlon ve Brando » en Pdf :

Publicités

~ par dolasadolasa sur 10 octobre 2011.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s