Histoire de lingettes ou lingettes avec histoire

La première fois, j’ai été surprise ; c’était au musée des Civilisations anatoliennes d’Ankara: en plus de mon billet d’entrée, je reçois une lingette nettoyante à l’image du musée ; une charmante attention, pensai-je, ou une action pour faire oublier les travaux qui occasionnent la fermeture d’une des sections.

La deuxième fois, à Alaça Hoyuk, haut lieu hittite, revoici une pochette, arborant fièrement la célèbre Porte du Sphynx. Me voilà un rien abasourdie. A Hattusa, la capitale des Hattis puis des Hittites, un autre exemplaire, reproduisant la Porte des Lions.

En Cappadoce, les lingettes se succèdent, différentes à chaque site, vignettes colorées du « must » de l’endroit, curiosité naturelle, église troglodyte, cheminée de fée. Quand, par hasard, je n’en reçois pas, stock épuisé ou distraction du préposé à la billetterie, je suis désormais déçue. Ma collection de lingettes est comme un journal de bord qu’il suffit d’aligner pour se souvenir des visites accomplies.

Lorsque j’aborde les vestiges gréco-romains, ma série s’enrichit de théâtres, aqueducs, colonnes ioniques, effigies de Méduse ou de notable local. Ensuite viennent les mystérieux tombeaux lyciens – sans oublier, dans un autre registre, les caravansérails, mosquées ou même basiliques chrétiennes. Je possède un condensé des civilisations qui ont fait de la Turquie moderne une terre d’histoire d’une richesse inouïe.

Mes poches risquant de déborder, je finis par les utiliser, ces lingettes : après tout, leur but premier est d’apporter un peu de fraîcheur au voyageur pendant les longues errances.

J’en ai ramené deux de mon périple turc, souvenir dérisoire et pourtant unique, d’un pays qui affiche ses chefs d’œuvre dans les moindres détails de la vie quotidienne.

Télécharger « Histoire de lingettes ou lingettes avec histoire » au format PDF :

~ par Pénélope sur 7 janvier 2012.

Une Réponse to “Histoire de lingettes ou lingettes avec histoire”

  1. La lingette , effectivement un « collector » de toute beauté , « l’ indispensable » de tout sac à main de stanbouliote , » perso », dès que j’accompagne une amie et son enfant dans un fastfood américain – c’est arrivé cette semaine même- en Turquie et qu’après m’être démenée avec mes doigts, ma mayonnaise et mes grasses frites, je me dis toujours_ parcequ’ils n’en donnent pas – « Et dire que nous sommes au royaume des lingettes »!!!
    bien le bonsoir d’istanbul et bonne année 2012..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s