Aşk ve Devrim, amour et révolution.

On connaît peu cet aspect de la société turque ; on l’imagine parfois bien organisée autour de ses composantes, l’une républicaine et laïque, voire laïciste, l’autre conservative et religieuse.

Sur les boulevards, pour qui lève les yeux sur les signes et symboles qui pendent des fenêtres, sur les pages photocopiées en couleur scotchées aux vitres, il y a autre chose à observer et à reconnaître : il y a en Turquie une extrême gauche, révolutionnaire ; celle dont les jeunes membres tractent parfois à la sauvette aux arrivées des vapurs à Kadiköy, par exemple.

Aşk ve Devrim, c’est l’histoire d’une jeunesse marginale, qui découvre dans une même action clandestine l’amour et la révolution. Du salon de thé de la Corne d’Or, où le ç de « çay » est ludiquement assimilé à une faucille, à l’usine Kitlas de Gebze où la force aura le dessus jusqu’au crime, malgré l’aide que les étudiants viendront apporter aux ouvriers, on suit les amours hésitantes de Leyla et Kemal, jeunes membres d’une cellule militante.

ask devrim

Lorsque la scène d’accueil du film nous place derrière un couple qui voit un drapeau figurant Lénine, Engels et Marx s’abattre sur le porche d’honneur de l’université d’Istanbul au son d’une internationale pianotée, on se demande si on ne va pas être embarqué dans une parodie ou une pochade sans profondeur ; de scène en scène, de train de banlieue en chambre sommairement aménagée et peinte en jaune, de cigarette en cigarette, et de thé en convoi mortuaire surréaliste de drapeaux rouges, on adhère pourtant à cette aventure romantique au sens littéraire.

Histoire d’amour, histoire aussi de générations, jeunes révolutionnaires fougueux et idéalistes, un peu naïfs, vieux révolutionnaires discrets ; le rythme du film est lent, le scénario va sur la pointe des pieds, sans bruits et sans éclat. Le regard sombre et interrogateur de Kemal, sa tristesse d’enfant déracinés, renvoyé en Turquie par ses parents restés dans la Rhur, l’énigmatique Leyla qui ne se révèlera jamais vraiment, laissent au spectateur le soin de méditer sur cet amour qui s’achèvera avant d’avoir vraiment commencé, à l’image de la révolution.

Page Facebook du film.

Aşk ve Devrim est un film réalisé par Serkan Acar, disponible avec des sous-titres en anglais.

~ par dolasadolasa sur 18 décembre 2012.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s